THERAPIES COMPORTEMENTALES COGNITIVES ET EMOTIONNELLES (TCCE)

Afin que nos pensées, nos comportements et/ou nos émotions ne soient plus une source de souffrance et de détresse.

TCCE... c'est quoi ?

Les TCC représentent une approche clinique particulière qui est une application de la psychologie scientifique à la psychothérapie.

 

Elles mettent l’accent sur la méthode expérimentale pour comprendre et modifier les comportements ainsi que les pensées et émotions qui y sont associées.

C'est le courant psychothérapeutique le mieux validé par la recherche. En effet il y a de nombreuses recherches contrôlées pour comprendre et modifier les troubles psychologiques du patient et les TCC sont donc continuement modifiées/améliorées en fonction des résultats de ces recherches.

 

Une méga-analyse en 2012 recense plus de 269 méta-analyses sur l'efficacité des TCCs !

Il y existe 3 composantes en TCC :

  • la composante Comportementale 
  • la composante Cognitive 
  • la composante Émotionnelle

En abrégé on peut donc utiliser «TCC» ou «TCCE». En anglais on parle de "CBT" : Cognitive Behavioral Therapy.

L'efficacité des TCC reconnue par la HAS (Haute Autorité de Santé)

Les TCC sont recommandées par la HAS pour de nombreux troubles tels que :

  • la dépression
  • les troubles anxieux
  • les phobies
  • les TOC
  • les troubles du comportement alimentaire
  • l'insomnie psychophysiologique
  • les comportements addictifs
  • les douleurs chroniques

Une méthode de thérapie brève basée sur l'observation de ses comportements, émotions et pensées

Composante Comportementale

L'objectif de cette composante est de modifier les comportements observables (verbaux ou moteurs).

 

Elle repose sur le corpus théorique des modèles d’apprentissage :

  1. le conditionnement classique (ou répondant) Pavlovien
  2. le conditionnement opérant Skinnérien
  3. l’apprentissage social de Bandura

Composante Cognitive

La composante cognitive cible les erreurs dans la manière dont un individu traite l'information perçue. Il s'agit pour le thérapeute de rendre le patient conscient de l'aspect très subjectif de ce que les situations vécues suscitent en lui.

 

 Pour ce faire, le thérapeute va apprendre au patient à repérer ce qu'il se dit dans différentes situations difficiles afin d'identifier le type d'erreurs qui contribuent à filtrer les éléments perçus. Le travail va porter sur le repérage des croyances profondes de l'individu sur lui, les autres et le monde. 

  

 Les premiers modèles cognitifs de traitement de l’information ont été élaborés par Aaron Beck à partir de 1959. C’est le pionnier des thérapies cognitives.

Composante Emotionnelle

 

Les comportements, les pensées et les émotions sont en interaction constante. Les émotions qui traversent l'individu favorisent certaines réponses comportementales au détriment d'autres.

  

La composante émotionnelle est abordée par le biais d'un travail spécifique portant sur les capacités à repérer, tolérer les émotions difficiles. La capacité à identifier explicitement les émotions favorise quant à elle la possibilité de mettre en place des réponses stratégiques, c'est-à-dire des réponses comportementales plus fonctionnelles que les réponses automatiques. 

Principes d'action

Comportements : nos actions observables et conscientes ou nos évitements

 Exemples:

  • Fumer une cigarette
  • Se ronger les ongles
  • Ne pas aller à un rendez-vous

 Cognitions : pensées conscientes, volontaires ou involontaires

 Voix intérieure et/ou images mentales

Exemples :

  • Pensées intrusives 
  • Ruminations 
  • Images de mort/d’accident 

TCC par les 5 colonnes de Beck ou comment transformer nos croyances, corriger nos pensées irrationnelles, automatiques/dysfonctionnelles et atténuer leurs symptômes

 

Les TCCE sont des thérapies d'interactions entre le demandeur et le thérapeute :

  • le thérapeute amène ses connaissances théoriques et pratiques, 
  • vous amenez vos connaissances sur vous-même

Ainsi le thérapeute peut s'adapter au mieux à votre demande, avec des objectifs concrets.

 

Elle est dite brève car elle dure en moyenne 15 séances (bien sûr cela dépend de vos difficultés, de votre rythme et de vos besoins).

Elle se base sur les recherches récentes en sciences sociales.

 

L'objectif final de la prise est charge est que vous possédiez une boîte à outils pour pouvoir gérer vos problématiques de manière autonome : cela renforce la confiance en soi, et prévient de la rechute.

 

Les TCCE peuvent convenir à de nombreuses difficultés, et à tous les âges. 

 

Elle est en lien avec la thérapie ACT (acceptation et engagement envers ses valeurs) : c'est une thérapie qui favorise la pratique régulière de la pleine conscience (mindfulness), et certains grands principes tels que l'acceptation.

Pensées exécutives

Les fonctions exécutives permettent, en gros, d’ajuster son comportement et ses objectifs en fonction de demandes souvent imprévues ou qui nécessitent de « sortir des sentiers battus » ou « to think outside the box », comme on le dit en anglais.

 

Le cortex préfrontal joue un rôle clé dans le soutien de toutes ces fonctions exécutives, mais également d'autres régions cérébrales comme les cortex associatifs pariétaux et temporaux.

 

Ces fonctions se développent aussi graduellement, du début de l’enfance jusqu’à l’âge adulte et peuvent être améliorées avec la pratique ou dégradées par différents facteurs comme la prise de substance psychoactive, le stress ou encore des lésions cérébrales ou des maladies neurodégénératives. 

Les fonctions exécutives mettent au premier plan les habiletés métacognitives de haut niveau : l'être humain les utilise pour contrôler ses comportements et pour associer une expérience vécue à une action présente.

Les habiletés de fonctionnement comprennent :

  • la mémoire de travail : elle permet par exemple de retenir quelques secondes ce qu’une personne est en train d’expliquer lors d’une conversation pour pouvoir ensuite lui répondre
  • l’initiation de tâches
  • l’organisation
  • la planification
  • l’autorégulation
  • la flexibilité mentale :  favorise l'exploration de plusieurs stratégies possibles pour faire face à une situation.
  • le contrôle des émotions 
  • le contrôle des impulsions
  • le contrôle inhibiteur : la capacité de gérer et de filtrer les pensées et les pulsions, par exemple inhiber une première réponse qui nous vient automatiquement au profit d’une autre, souvent plus élaborée et plus appropriée

La capacité exécutive de base que constitue le contrôle inhibiteur permet non seulement la suppression des pensées ou d’actions automatiques inappropriées, mais également de résister par exemple aux interférences d'information non pertinente à l’objectif recherché. Elle facilite aussi nombre de compétences sociales en régulant certaines réactions émotionnelles (comme crier « fermez là!» à ceux qui parlent devant vous au cinéma…). 

Combinaison de sensations spécifiques = émotion spécifique : sensations physiologiques de réaction au monde, aux cognitions et aux comportements, ce que l'on ressent

Exemples :

  • Cœur accéléré + boule au ventre = anxiété
  • Cœur accéléré + douce chaleur = surprise

Exemples : 

  • Tristesse
  • Anxiété
  • Colère

THERAPIES BREVES AVEC OBJECTIF SMART

Un objectif S.M.A.R.T. est Spécifique, Mesurable, Acceptable, Réaliste et Temporellement défini.

 

Spécifique : l'objectif doit être clair et spécifique. Par exemple : faire tel changement alimentaire, pratiquer telle activité physique, m'informer sur tel sujet…

 

Mesurable : les progrès doivent être mesurables objectivement et ainsi permettre d'évaluer les progrès réalisés et à réaliser.

 

Atteignable : essayer d'aller trop vite peut générer un trop grand stress, un sentiment d'incapacité et une procrastination ainsi qu'affecter négativement d'autres aspects de la vie et potentiellement conduire à l'échec.

 

Pour qu'un objectif soit atteignable, il faut souvent le diviser en plusieurs étapes et prendre le temps de réunir certaines conditions facilitantes telles que prévoir et organiser des alternatives.

 

Réaliste (mieux en anglais : « Relevant », c'est-à-dire pertinent) : si une résolution est prise pour de mauvaises raisons, ou si elle n'en vaut pas vraiment la peine, la motivation peut être éphémère contrairement à une résolution qui est le résultat d'un processus de réflexion sur ce qui est bon et prioritaire (valeurs) pour soi. 

 

L'objectif doit être réaliste et pertinent selon les capacités, les ressources et le temps qui peuvent y être consacrés.

 

Temporellement défini : le calendrier d'atteinte de l'objectif doit aussi être réaliste. Cela signifie de prévoir suffisamment de temps pour accomplir les plus petits objectifs intermédiaires.

 

E pour Evaluer

La méthode SMARTER est donc l’évolution de la méthode SMART avec deux étapes supplémentaires. Vous devez être capable d’évaluer en cours de route si l’objectif est pertinent dans son entièreté. La situation des patients est susceptible d’évoluer au fil du temps, particulièrement dans le cas de pathologies neurodégénératives. L’objectif de départ doit donc être régulièrement ajusté. Évaluer est la meilleure façon d’éviter une perte de temps et d’énergie dans l’accompagnement thérapeutique.

 

R pour Réajuster

Dans la même logique, puisque l’objectif est susceptible d’évoluer avec la situation du patient, les modalités d’accompagnement peuvent également l’être. Si la capacité attentionnelle de la personne prise en soin diminue avec le temps, en raison d’une pathologie neurodégénérative par exemple, il sera peut-être préférable d’écourter les séances afin d’optimiser la qualité du suivi. Si ce réajustement n’est pas fait, le thérapeute risque de se retrouver à poursuivre des objectifs avec des méthodes caduc.

 

Pour prendre un autre exemple, il est possible que les modalités d’accompagnement ne permettent pas d’obtenir les évolutions visées. Il est alors nécessaire de réajuster celles-ci pour travailler avec le patient dans le sens de ses objectifs. 

  

Ainsi, l'objectif, la motivation, le réalisme et le calendrier sont réévalués régulièrement afin d'apporter les modifications nécessaires.

Explications étayées des TCC en podcast par le Dr Igor Thiriez, psychiatre en CHS