Thérapie par Exposition à la Réalité Virtuelle (TERV)

Présentation de la TERV

Les Thérapies par Exposition à la Réalité Virtuelle (TERV) sont basées sur les principes d’exposition des Thérapies Cognitivo-Comportementales.

 

Bénéficiant d’une validité scientifique, elles proposent une alternative aux expositions par imagination et in vivo.

 

Ce type de thérapies s’adresse à une multitude de difficultés comportementales et cognitives : peur de conduire, troubles anxieux, addictions, TOCS, TSPT, troubles du comportement alimentaire…

 

Thérapies brèves, les TERV se centrent sur le “ici et maintenant” pour répondre aux besoins les plus urgents et offrir aux personnes une réponse pertinente à la sévérité de leurs maux.

 

Sources:

OMS

Torales, J., O’Higgins, M., Castaldelli-Maia, J. M., & Ventriglio, A. (2020). The outbreak of COVID-19 coronavirus and its impact on global mental health. International Journal of Social Psychiatry, 0020764020915212.

Armitage, R., & Nellums, L. B. (2020). COVID-19 and the consequences of isolating the elderly. The Lancet Public Health, 5(5), e256.

Druss, B. G. (2020). Addressing the COVID-19 pandemic in populations with serious mental illness. JAMA psychiatry. 


SOMMAIRE

 

1. Histoire des TERV

2. Prise en charge et protocole par TERV

3. A qui s’adressent les TERV ?

4. Quels sont les risques liés aux TERV ?

5. Quelle formation est nécessaire pour pratiquer les TERV ?

6. Quelles pathologies peuvent être traitées par TERV ?

7. Quels sont les avantages de la réalité virtuelle ?


1. HISTOIRE DES TERV

 

Les premiers tests concrétisés par une validité scientifique des TERV ont vu le jour en 1992. Parallèlement, les thérapies cognitivo-comportementales (TCC) sont en plein essor, et la technologie du virtuel y croît et étend ses applications : troubles anxieux, prise en charge des phobies spécifiques.

 

Les TERV sont aujourd’hui actives dans la prise en charge de plusieurs pathologies : addiction, troubles du comportement alimentaire, cognition sociale…

 

2. PRISE EN CHARGE ET PROTOCOLE PAR TERV

 

Basées sur les principes d’exposition des thérapies cognitivo-comportementales, les TERV sont une alternative permettant de reproduire une exposition in vivo par le virtuel. La personne est mis en contact avec des stimuli phobogènes - dans le cas des troubles anxieux- afin de permettre l’avènement du phénomène d’habituation et ainsi, du succès thérapeutique.

 

Les TERV prend en charge également les addictions et les troubles du comportement alimentaire.

 

Les personnes sont immergées dans des environnements écologiques, pour l’exposition mais également sur des contextes virtuels ciblant des processus sous-jacents dysfonctionnels (craving, dysmorphophobie, attentes irréalistes, distorsions cognitives…).

 

3. A QUI S’ADRESSENT LES TERV ?

 

Les enfants, adolescents, adultes et personnes âgées peuvent bénéficier d’une Thérapie par Exposition à la Réalité Virtuelle.

 

Des restrictions existent cependant concernant :

– Les enfants de moins de 4 ans car le cristallin n’est pas encore totalement formé

– Les personnes épileptiques

– Les femmes enceintes (mesure de précaution prise par absence de données médicales concrètes)

– Les personnes psychotiques en phase de décompensation

 

 4. QUELS SONT LES RISQUES LIÉS AUX TERV ?

 

Le seul risque lié à l’usage de la réalité virtuelle est le « cybermalaise ». Ce terme désigne un ensemble de maux, très proche du mal des transports, pouvant être ressenti durant ou après l’immersion. Les cybermalaises sont sans conséquences délétères sur le long terme et ne concernent qu’environ 10% des personnes.

 

Attention cependant à bien distinguer les Thérapies par Exposition à la Réalité Virtuelle et les autres utilisations pouvant être faites avec cette technologie. Les TERV se font toujours dans un cadre thérapeutique.

 

5. QUELLE FORMATION EST NÉCESSAIRE POUR PRATIQUER LES TERV ?

 

L’utilisation de la réalité virtuelle nécessite une formation spécifique afin d’apprendre à procéder aux expositions. J’ai donc suivi cette formation lors de l’acquisition de l’outil et j’ai également une certification en techniques de Thérapie Comportementale et Cognitive (TCC).

 

 6. QUELLES PATHOLOGIES PEUVENT ÊTRE TRAITÉES PAR TERV ?

 

La réalité virtuelle peut être employée pour de la relaxation et dans le cadre de multiples pathologies.

 

Certaines bénéficient de plus de données dues aux expérimentations telles que :

 

Peur de conduire en thérapie par réalité virtuelle
Peur de conduire en thérapie par réalité virtuelle

7. QUELS SONT LES AVANTAGES DE LA RÉALITÉ VIRTUELLE ?

 

 Les avantages de la réalité virtuelle sont nombreux :

 

Accessibilité, confidentialité et sécurité : accéder facilement au lieu / à la situation en toute sécurité par l'alternative du casque au sein du cabinet.

 

Des possibilités multiples sous un aspect ludique : l’utilisation de la réalité virtuelle permet d’accéder au contrôle de fonctionnalités inimaginables in vivo : changer la météo, augmenter ou réduire le flux d’une foule, d’un public ou d’un trafic routier, générer des turbulences en avion ou bien encore changer les expressions faciales des interlocuteurs (regards dirigés vers soi de façon persistante, mettre à l’épreuve son indifférence par exemple).


TERV et relaxation : qu'en dit la recherche ?

 Réduit les "émotions négatives"

 

La littérature scientifique met en avant l’intérêt de l’usage de la réalité virtuelle dans les protocoles incluant la relaxation. Navarro-Harro (2017) a ainsi démontré que plonger des personnes dans un environnement virtuel relaxant avait permis de réduire significativement leurs "émotions négatives".

 

Cette même auteure, en 2019, a mis en avant à travers son étude que coupler réalité virtuelle et Mindfullness était significativement plus efficace que la pratique Mindfullness seule.

 

Réduction de la douleur, diminution du stress

 

D'autre part, des recherches menées en Oncologie et Algologie ont apporté des données pertinentes sur l’usage de la réalité virtuelle dans la réduction de la douleur, du stress et l’augmentation du bien-être. Les chercheurs soulignent l’efficacité de la réalité virtuelle en tant que solution thérapeutique à part entière.

 

De plus, son usage s’inscrit également en complément aux traitements traditionnels.